20MIN : "Réalité virtuelle : On a testé Eydolon à Villeurbanne"

Category : Press
Share

Journaliste Baptiste Noble-Werner I

Publié le 06/02/17

En quelques années, la réalité virtuelle a réussi à se faire une petite place dans les salons des particuliers. Mais les équipements sont souvent très chers et exigent un espace conséquent pour se mouvoir. Eydolon, à Villeurbanne, a voulu « démocratiser cette expérience, la rendre accessible à tous », explique Gilbert Tieu de VR Connection. D’où une grille tarifaire qui s’étend de 3 à 15€. Ouvert en décembre dernier à Exalto Park, cet espace ne cesse de se développer. Quatre grandes « expériences » 100 % françaises, et non « jeux » comme insiste Eydolon, sont possibles. Je les ai testées.

Une immersion dans des univers différents

Mon aventure dans la « VR » (virtual reality, réalité virtuelle) commence dans un temple maya. Une première expérience pour se familiariser avec cette technologie. Equipé de mon casque HTC Vive, d’un casque audio et d’une manette dans chaque main, j’évolue dans les dédales de l’édifice. Lancé de pastèques, tir à l’arc des plus réalistes et une exploration du système solaire sont les trois activités au menu.

Seul dans une arène face à une armée de robot

Après le temple maya, je me retrouve seul au milieu d’une arène futuriste. En baissant la tête, je remarque que mes mains tiennent des pistolets lasers plus vrais que nature. Des vagues de robots arrivent tout autour de moi et je dois les désactiver un à un. « Nous ne proposons rien de violent pour ne pas créer un possible traumatisme chez l’utilisateur », glisse Gilbert Tieu.

Qui n’a jamais rêvé d’être un hamster ?

Dernière expérience, devenir un hamster. Jusqu’alors, je n’avais pas eu à me déplacer véritablement. Là, debout sur un plateau qui enregistre le mouvement de mes pieds, je dois piétiner pour faire courir le rongeur que je suis devenu. L’objectif est de dévorer une trentaine de donuts en cinq minutes. Impossible de ne pas se prendre au jeu. L’immersion est totale, je me sens minuscule au milieu des meubles qui m’entourent. Mais attention au mal de la réalité virtuelle… Au bout de quelques minutes dans la peau du hamster mangeur de donuts, j’avoue avoir terminé le challenge blanc comme un linge et un peu brassé.

Une expérience unique

Je joue aux jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance et aucun divertissement virtuel ne m’avait fait cet effet. Gilbert Tieu m’avait prévenu à mon arrivée, « on ne peut savoir ce qu’est la VR seulement en la vivant. » Il avait raison, la réalité virtuelle ne ressemble à rien d’autre et procure une expérience vidéoludique unique.

Retrouvez l’intégralité de cet article en ligne sur le site de 20 MINUTES ici