Réalité virtuelle : Eydolon, la première salle de jeux, à ouvert à Lyon

Category : Press
Share

 Journaliste : Léa Delpont I

Publié le 09/01/2017

Un GIE de jeunes entreprises spécialisées dans la VR crée Eydolon, une salle de divertissement en immersion. (…)

Si la chaîne de cinéma MK2 a tiré la première avec sa salle de jeux VR (pour « virtual reality »), inaugurée en grande pompe début décembre à Paris, VR Connection n'est pas en reste. Ce jeune GIE formé en octobre 2016 par une dizaine d'entreprises indépendantes évoluant dans l'univers de la réalité virtuelle va marquer les esprits avec une salle d'un nouveau genre.

Eydolon, qui a ouvert au milieu du mois dernier, propose à Lyon un contenu immersif entièrement développé par ses membres, de la technologie pure et dure jusqu'au scénario des jeux, en passant par l'habillage graphique et sonore. L'ambition est d'ouvrir très vite cette année vingt autres salles de divertissement qui pourront même jouer en réseau. A première vue, la salle, un peu vide, qui se résume à des ordinateurs, des fauteuils et des cloisons mobiles pour séparer la demi-douzaine d'attractions n'a rien d'excitant. Mais ces 200 m2 suffisent à ouvrir des espaces infinis au joueur, moyennant une dizaine d'euros pour vingt minutes d'immersion. Un simili Candy Crush où l'on se retrouve à courir sur place sur un tapis pour chasser des doughnuts, une séance de tir à l'arc dans un temple à la « Indiana Jones » ou un grand 8 dans un simulateur de vol… aucune violence dans la philosophie d'Eydolon. Pour ce projet, Yann Toullec, PDG de Bialistock & Co. (et cofondateur du GIE avec Alexandre Ibanez, PDG d'IBA), a associé sur un mode collaboratif le groupe Altiplano, spécialiste des parcs de loisirs en France et aux Etats-Unis. Participent également LDLC, un des leaders français de la distribution de produits informatiques.

La réalité virtuelle, un marché à 150 milliards de dollars dès 2020

Altiplano accueille l'activité dans son complexe Exalto, dédié aux loisirs indoor (trampolines, laser games et murs d'escalade), et LDLC fournit le matériel dit « VR ready ». Des matériels - ordinateurs et composants - capables d'absorber la lourdeur des programmes informatiques, sans oublier les casques indispensables pour entrer dans le monde virtuel. Le groupe de Laurent de la Clergerie, à l'avant-garde sur la réalité virtuelle, annoncée comme un marché de 150 milliards de dollars dès 2020 (avec la réalité augmentée, source Digi Capital), avait été le premier en juin à mettre en démonstration dans ses boutiques le modèle HTC Vive en France. S'il équipe gratuitement Eydolon, il pourrait rapidement y trouver de la rentabilité en greffant une boutique sur cette salle de jeux et les prochaines. « Ce qui nous positionnerait comme "le" spécialiste grand public de la VR », espère Murielle Zel, directrice marketing.

Retrouvez l’intégral de cet article en ligne sur le site du magazine d’information économique Business Les Echos ici